Aperçu

Mes dernières lectures #2

bannière_1Coucou les JOYistas,

Je vous retrouve pour vous présenter un bilan des mes dernières lectures. Parmi eux, 2 beaux pavés ce qui explique ce délais depuis la revue précédente. Je suis bien loin des 40 livres achevés en un an comme j’ai pu le voir sur plusieurs comptes/blogs littéraires, néanmoins je suis contente et fière de m’être remise plus assidument à la lecture en 2015. Ma PAL (pile à lire) pour 2016 est déjà bien complète, je vous retrouverai donc bientôt pour d’autres avis. En attendant, j’espère que ceux-ci vous seront utiles !

 

N’oublier Jamais – Michel Bussi

Résumé :

Le destin de Jamal est suspendu à une écharpe rouge. Celle que l’on a retrouvée au cou d’une magnifique jeune femme, gisant morte au pied de la falaise d’Yport. Venu dans ce petit village Normand pour s’entraîner à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, cet handicapé n’a rien pu faire pour l’empêcher de sauter. Convoqué par la gendarmerie pour raconter son sauvetage raté, Jamal apprend avec stupeur les conclusions du labo à propos de l’inconnue : viol et strangulation. Très vite, son statut de témoin vole en éclat et il se retrouve accusé d’une série de meurtres non résolus. Heureusement 2 autres passants ont aussi assisté à la chute. Mais Jamal peut-il vraiment compter sur eux pour prouver son innocence ?

Mon avis :

D’après les critiques que j’ai pu lire, ce polar n’a pas fait l’unanimité. Je comprends les reproches que l’on peut lui faire, avec le recul, je reconnais qu’il y figure quelques invraisemblances notamment vis-à-vis des révélations finales.

J’ai néanmoins été très emballée par ma lecture qui m’a procurée beaucoup d’émotions. Je me suis littéralement fait balader d’un bout à l’autre. L’intrigue est complexe, troublante, impossible de me forger une certitude sur l’implication du personnage principal, Jamal. Est-il fou ? Piégé ? Coupable ? Plus on avance et plus l’énigme s’obscurcit, Bussi comme toujours, sait garder le suspense intact jusqu’au dernier moment. J’ai vécu ce roman sous tension jusqu’au point culminant où l’on obtient enfin la clé du mystère. J’apprécie particulièrement ce moment, lorsque toutes les pièces du puzzle s’imbriquent enfin, donnant un sens à tous ces petits détails disséminés ça et là au fil du récit. Et je trouve que l’auteur est très habile dans ce type de construction.

Je n’ai clairement pas lâché ce livre, veillant tard et l’emportant partout avec moi pour ne pas en perdre une miette ce qui en fait à mon sens un véritable « Page Turner ». Il ne détrône pas mon coup de cœur « Nymphéas noirs » qui reste mon roman préféré de Michel Bussi mais je l’ai trouvé très efficace dans un style différent de « Un avion sans elle » et mieux réussi que « Ne lâche pas ma main ».

 

la_verite_sur_laffaire_harry_quebert

Le secret de la manufacture de chaussettes inusables – Annie Barrows

Résumé :

1938. Une jeune citadine fortunée refuse d’épouser un bon parti. Pour la punir, son père sénateur décide de la faire travailler et l’envoie en Virginie Occidentale. Parachutée dans une petite ville perdue dont elle doit rédiger l’histoire, la jeune femme séjourne dans une famille plutôt loufoque. Petit à petit, elle découvre le passé de ses hôtes qui jadis étaient propriétaires de la manufacture de chaussettes de la ville.

Mon avis :

C’est en aidant sa tante à terminer son roman « Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » qu’Annie Barrows s’est fait connaître auprès du grand public en 2009. Ce premier roman m’avait beaucoup enthousiasmé à l’époque, c’est même l’un de mes meilleurs souvenirs littéraires. J’étais donc très impatiente de découvrir  « Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables » d’autant plus que tous les ingrédients qui avaient fait le succès de son 1er ouvrage étaient à nouveau réunis : un titre aussi amusant qu’improbable, une alternance de narrateurs et une histoire mêlant personnages hauts en couleurs et détails historiques.

Et pourtant… Je suis complètement passée à côté… Je me suis vraiment ennuyée tout au long des 617 pages que comte ce roman.

Le premier point négatif réside selon moi du côté des protagonistes que j’ai trouvé peu convaincants. Malgré tous mes efforts, je ne suis pas parvenue à m’attacher aux membres de la famille Romeyn ou à m’intéresser au sort de la jeune journaliste Layla Beck. J’ai même plutôt éprouvé à leur égard une certaine antipathie (la petite peste de Bird, la naïveté de Jottie, l’immaturité de Layla…).

Le second point décevant est l’intrigue qui m’a semblée plate et peu crédible. Il y a peu de rebondissements et on devine très vite le fameux « secret » dès la première moitié du livre. Le dénouement n’apporte aucune surprise et contraste avec l’épilogue dans lequel il se succède de nombreux évènements en seulement quelques pages.

On peut en revanche saluer l’authenticité dont l’auteur a fait preuve pour dépeindre les années 30. Les détails à propos du Federal Writer’s Project ou des relations syndicales dans l’industrie textile à cette période ont dû demander des recherches très fouillées. Pas de doublet donc pour Annie Barrows et je vous recommande plutôt de vous rabattre sur « Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » qui avait bien plus de charme.

 

petites_recettes

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles – Suzanne Hayes, Loretta Nyhan

Résumé :

Etats-Unis, 1943. Glory attend un heureux évènement. Déjà maman d’un petit garçon, elle ne peut hélas pas partager ce bonheur familial avec son mari, puisque celui-ci est au front en Europe. Pour atténuer le chagrin et oublier l’attente, Glory entame une correspondance avec Rita, femme de soldat également qui vit à plusieurs centaines de kilomètres et dont le fils est aussi parti sur les champs de bataille. Au fil des lettres, les 2 inconnues vont se livrer l’une à l’autre et partager leurs existences : belle-fille encombrante, voisine désagréable, angoisse et solitude, sans oublier quelques astuces culinaires pour combler les pénuries. Autant de confidences qui vont créer une connexion forte entre elles se transformant bientôt en amitié sincère. Un soutien mutuel pour garder espoir même dans les temps difficiles.

Mon avis :

Quelle fraîcheur ! Malgré les sombres évènements de l’époque, je qualifierais ce roman de léger mais dans le bon sens du terme. Cette merveilleuse histoire d’amitié ponctuée de recettes et d’anecdotes m’a donné une impulsion positive, comme après avoir visionné un bon « feel good movie ».

Le style épistolaire est très agréable à lire et m’a rappelé « Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » que j’évoquais plus haut.

Le duo féminin qui tient la vedette est profondément humain et très attendrissant. L’histoire qui les unit est assez simple mais les péripéties du quotidien de Glory et Rita viennent enrichir le récit pour notre plus grand plaisir. On se délecte de suivre leurs états d’âme, on tremble à chaque lettre reçue, va-t-elle contenir de bonnes ou de mauvaises nouvelles ?

Le contexte historique m’a aussi beaucoup plu, pour une fois, ce ne sont pas les scènes de combat qui sont décrites mais l’envers du décor : ticket de rationnement, participation à l’effort de guerre… J’ai trouvé très intéressant de découvrir cette période de l’Histoire à travers le regard de ces protagonistes restés au « second plan » qui subissent les conséquences mais qui sont aussi parfois, acteurs à leur manière. Vous l’aurez compris, j’ai été conquise par ce petit bijou que vous recommande chaudement !

 

La vérité sur l’affaire Harry Quebert – Joël Dicker

Résumé :

Après l’écriture de son premier best-seller, Marcus Goldman profite allégrement de sa soudaine célébrité. Sous la pression de son éditeur sans scrupules, il doit cependant se remettre au travail et produire un nouveau roman. Problème, l’inspiration s’est envolée…  Pour surmonter ce syndrome de la page blanche, Marcus décide de rendre visite à son mentor, Harry Quebert, ancien professeur exilé dans la petite ville d’Aurora et auteur du chef d’œuvre littéraire « Les Origines du Mal ». Tout bascule lorsque celui-ci est accusé du meurtre de Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans avec qui il aurait entretenu une relation amoureuse en 1975. Marcus va alors mener son enquête. L’occasion pour lui de réhabiliter son ami mais aussi de retrouver le chemin de l’écriture !

Mon avis :

Mouais… Bof… Voilà à quoi se résume mon sentiment à l’égard de « La vérité sur l’affaire Harry Quebert », une certaine déception. J’avais lu tellement d’éloges au sujet de ce roman que j’avais placé la barre assez haute. Peut-être a-t-il justement été trop encensé par la critique et le public et que cela a contribué à mon avis mitigé.

Le principal défaut que je reproche à ce livre est le rythme inégal du récit. Le début était plutôt promoteur, je suis rentrée dans l’histoire avec une certaine facilité, j’ai bien accroché avec les personnages.  Mais j’ai trouvé le cœur de l’intrigue rempli de longueurs et que certains dialogues sonnaient creux. J’ai très vite ressenti que les pistes vers lesquels on nous menait n’était pas les bonnes et je n’y ai jamais vraiment cru. J’ai tout de même mené ma lecture jusqu’au bout car je n’aime pas capituler avant la fin. Le dernier quart du livre a réveillé mon intérêt mais je reste globalement assez perplexe face à ce succès médiatique et peu convaincue.

 

Et vous, connaissez-vous ces romans ? Cette revue vous a-elle donné envie ? Que lisez-vous en ce moment ?

Tags:
2 commentaires
  • Je suis tout à fait d’accord avec toi pour l’Affaire Harry Québert et le Cercle littéraire, je voulais lire la suite, du coup j’hésite, j’ai plein de livres que l’on m’a conseillé, il passera après.
    Quand à « Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles », il fait parti de ma liste d’envies.

    24 janvier 2016 at 13 h 56 min
  • Des livres que tu as cités, j’ai lu « La vérité sur l’affaire Harry Quebert » que j’avais adoré, ainsi que « Petites recettes de bonheur… » Ce Bussi, je ne l’ai pas lu mais j’ai également lu « Un avion sans elle » et  » Nymphéas noirs » qui effectivement est excellent. Je ne connais pas le dernier, et puisque tu disais qu’il était bof je ne le lirai pas. Merci à toi de ces avis :)

    Laura

    25 janvier 2016 at 9 h 45 min

Publier un commentaire